Test Schubert C3 (Compte-rendu longue durée)

Schubert C3

 Compte rendu de mon dernier achat en matière de casque: Le Schubert C3.

Étant maintenant motard professionnel, et parce-que mon casque précédent chut suffisamment rapidement pour le déclarer hors service, je me suis décidé à prendre soin de mon confort et de mes oreilles, compte tenu des éloges faites par mon entourage motardesque et (heureux) propriétaire de ce casque. Voici donc mon compte rendu, certe subjectif, il ne pourrait en être autrement, mais, fidèle aux impératifs de mon activité principale, motard d’escorte.

Les impératifs:

Allant jusqu’à faire fréquemment plus de 10 heures de moto dans la journée, il m’a semblé important pour ma sécurité (passive) et auditive de choisir un casque haut de gamme prenant en compte ces besoins:

  • Le poids,
  • La neutralité aérodynamique,
  • La couleur (Blanc impératif),
  • Le confort intérieur,
  • Le bruit,
  • La qualité optique des écrans,
  • La facilité de manipulation,
  • Le prix

Le poids:

Bien que n’étant pas des plus légers avec ses 1690 Grammes, il reste dans la moyenne des casques modulaires et les masses sont bien réparties, surtout en position fermée.

La neutralité aérodynamique:

La neutralité aérodynamique n’est surtout pas à prendre à la légère, surtout pour un casque modulable. En fonction de la moto et de la protection du pare-brise, le roulage en position ouverte, même si le ce casque n’est pas homologué pour, peut s’avérer fatigant pour les cervicales et le Schubert C3 ne déroge pas à la règle. Je ne vous parlerai donc que de mon utilisation avec le 1300 FJR, pare-brise le plus escamoté possible. Même si il est moins sensible à la pression du vent de face que mon ancien casque (le Givi X08) en position ouverte, il semble être véritablement influençable par vent latéral en position fermée: Si vous déverrouillez le cou, le simple fait de laisser le casque pivoter vous emportera littéralement la tête de travers. Je m’étonne n’avoir lu nulle-part ce phénomène.

Le confort intérieur:

Le confort intérieur est sans surprises. Les mousses sont suffisamment souples, les revêtements suffisamment doux, pour être porté durant de longues heures. Un bémol: il faut chaud dans ce casque, ce qui est bon l’hiver mais en été fait rapidement transpirer même si en position fermée, les flux d’air forcé rafraichissent bien… en roulant!
Malgré la protection de la jugulaire (légèrement maintenue trop proche de la gorge à mon goût, ce qui peut amener des haut-le-cœur….), on sent encore le frottement contre la peau de la gorge qui, pour les hommes (la barbe naissante aidant) peut irriter… mais c’est une sensation connue uniquement par les très gros rouleurs et commune à l’ensemble des casques.

Le bruit:

Là aussi, aucune surprise tant tout le monde communique sur les qualités auditives de ce casque… une image valant tous les discours: imaginez enfiler un casque stéréo haut de gamme sur les oreilles, les bruits environnants seront bien là, mais assourdis sans être dénaturés. Pour exemple, au lieu de monter à fond le son de mon Cardo (G4) comme sur le Nolan N104, je reste réglé en position 2 ou 3. J’ai gagné en volume sonore général, que ce soit de bruits extérieurs que du son intérieur pour laisser audible  mon interlocuteur ou autre source de guidage (GPS par exemple).

La qualité optique des écrans:

Voici bien le seul point noir du Schubert C3. Le joint de la visière antibuée (type pinlock livrée de base avec le casque, ça c’est bien) est resté collé sur la visière extérieur lors d’une manipulation de nettoyage. Non pris en garantie, il me faudra racheter l’ensemble visière et Pinlock. La visière fumée intérieur est quant-à elle de bien médiocre qualité. Antibuée, le traitement de cette dernière laisse un voile gênant lors de la conduite face au soleil. j’aurais préféré une visière non traitée anti-buée mais d’excellente qualité optique comme sur le Givi X08.

La facilité de manipulation:

Là encore, pas de surprise, le système d’ouverture est des plus simple et maniable, le verrouillage s’effectue facilement même si il faut être ferme. Je regrette la disparition des repères de verrouillage qui étaient sur le C2. La jugulaire micrométrique se manie très bien et confère un réglage optimum du serrage.

Le prix:

Là aussi, c’est malheureusement sans surprise… Schubert fait payer son placement haut de gamme cher… Prix catalogue 550 €, on peut le négocier dans les 450 € chez certains motocistes. Je l’ai eu quant-à moi à 375 euros en Andorre, là ou le GiviX08 est à 192 euros.

Conclusion:

Par son placement réellement haut de gamme et sa qualité de fabrication, Le schubert C3 est à réservé, par son premier défaut, le prix, à ce qui ne regardent pas le fond du porte monnaie et absolument aux professionnels de la moto pour qui, la sécurité auditive n’a pas de prix. Mais sont tarifs devrait être aussi garant du zéro défaut, surtout en ce qui concerne la qualité optique médiocre de ses visières.

 

Ceci a ete poste dans L'équipement. Copiez le lien permanent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <br> <cite> <code> <del datetime=""> <dd> <dl> <dt> <em> <i> <img alt="" align="" border="" class="" height="" hspace="" longdesc="" vspace="" src="" style="" width=""> <ins datetime="" cite=""> <li> <ol> <p> <q cite=""> <strike> <strong> <sub> <sup> <u> <ul>