Le 28 mars 2013, je serai à Paris!

A l’occasion de la date anniversaire du Décret n° 2011-335 du 28 mars 2011 relatif à l’accompagnement des transports exceptionnels, je monte à Paris pour déposer une lettre au Sénat, à l’Assemblée Nationale et aux ministères pour dénoncer les dysfonctionnements engendrés par l’état actuel de la règlementation sur l’accompagnement des convois exceptionnels.

Ce n’est pas comme si ils n’étaient pas au courant, la Fédération créé pour nous représenter et défendre notre activité, la FNPSTE, les a déjà à maintes reprises informé, mais ce geste symbolique saura démontrer que moi, simple citoyen, me fait voix de confrère et que nous existons, que nous sommes déterminés à ce que le gouvernement prenne enfin ses responsabilités au qu’au delà des décision politiciennes et querelles intestines quant-à savoir de qui la faute vient la crise actuelle, il serait temps qu’ils se mettent au travail ensemble pour avancer.

Personnellement, au delà des dysfonctionnements généraux, j’apporterai aussi une note sur l’activité de guidage que le gouvernement a créé sans en mesurer les conséquences ni les ressources nécessaires, laissant à la bonne volonté de la population le soin de résoudre des problèmes macro-économiques.

Résultat:

  • Pas de code APE définissant l’activité professionnelle, Il n’y a donc pas de reconnaissance de cette activité ni de fiscalité adaptée,
  • Pas de code ROM définissant les métiers d’accompagnement. contrats de travail douteux, emplois dissimulés, amplitudes de travail exagérées, matériel inadapté ou non suivi, etc
  • Pas de prérogative quant à la facilité de passage,
  • Une formation pour le moins inadaptée et non certifiante,
  • Pas de procédures écrites et officielles définissant les limites des actions à effectuer,
  • Aucune communication auprès des institutions de formation des conducteurs (auto-écoles),
  • Aucune communication auprès du grand public,
  • Un équipement matériel illogique à la vue du rôle défini, Feux spéciaux orange pour un rôle de facilité de passage alors que conventionnellement, ce sont des feux spéciaux bleus clignotants (ex: les engins de salage et autres véhicules autoroutiers) et donc incompréhensible par les usagers de la route, alors qu’on leur demande de se serrer pour faciliter le passage du convoi en les positionnant à des endroits plus sûrs,
  • Une faille de sécurité persistante quant à l’obligation de l’usage des motos de guidage seulement à partir d’une largeur de convoi de 5 m alors que les voitures de protection, seules, doivent informer les usagers de la route du passage d’un convoi quand qu’il peut dépasser la largeur d’une voie d’un mètre cinquante à deux mètres (une voie fait 3 m de large en moyenne sur les grands axes) , représentant un obstacle massif et donc un danger pour les usagers venant en face.
  • Des entreprises qui tournent au rabais, des indépendants qui ont besoin de travailler à côté ou d’avoir une retraite pour vivre…

Alors voilà, je ferai le déplacement pour montrer que c’est important. Geste spontané et peut-être insignifiant mais ce sera fait.


 

Ceci a ete poste dans Guidage de convois, Le blog and tagged , , , , , , . Copiez le lien permanent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <br> <cite> <code> <del datetime=""> <dd> <dl> <dt> <em> <i> <img alt="" align="" border="" class="" height="" hspace="" longdesc="" vspace="" src="" style="" width=""> <ins datetime="" cite=""> <li> <ol> <p> <q cite=""> <strike> <strong> <sub> <sup> <u> <ul>